Beau­coup d’en­sei­gnants voient les points et les bulle­tins comme le dernier moyen de pres­sion qu’ils ont pour forcer les élèves réfrac­taires au travail. Reti­rer cela aux ensei­gnants est très diffi­cile et je les comprends.

Pour moi, reti­rer le système de bulle­tins actuels néces­site de repen­ser le cœur du fonc­tion­ne­ment de l’école. Cela demande quasi­ment aux ensei­gnants de repen­ser leur métier. C’est très diffi­cile. Je le vois tous les jours chez Learn to Be, l’as­so­cia­tion que je coor­donne et qui accom­pagne beau­coup d’en­sei­gnants dans le chan­ge­ment.

L’exemple des jeux vidéo illustre cela très bien.

Une école trie les élèves par âge, et on essaie que tous les élèves de 10 ans apprennent la même chose en même temps. Par exemple, en février, ils apprennent tous à réduire une frac­tion. C’est le train du programme. Les bulle­tins actuels sont censés mesu­rer si tous ces enfants de 10 ans suivent bien le train du programme. Je trouve tout cela très arti­fi­ciel.

Imagi­nez qu’on n’en­seigne plus les frac­tions, mais les jeux vidéo. Comment allez-vous mesu­rer les progrès ? Allez-vous impo­ser que la première semaine, tous les enfants de 10 ans fassent le niveau 1 et surtout pas le niveau 2. Et si à la fin de la semaine, un enfant n’a pas réussi le niveau 1, vous allez le punir avec du rouge dans un bulle­tin ?

J’es­père que non. Le bon sens voudrait que vous les encou­ra­giez à progres­ser chacun à leur vites­se… Mais vous devez mesu­rer la progres­sion !

Dans cet exemple, on voit bien que suppri­mer les bulle­tins n’a pas beau­coup de sens, ce serait un peu comme suppri­mer le senti­ment de progres­sion dans un jeu vidéo. À l’op­posé, utili­ser les bulle­tins pour forcer d’avan­cer à la même vitesse que le train fantôme du programme, cela n’a pas plus de sens. Je préfère mesu­rer qu’en math, l’élève était au niveau 83 et qu’en un mois il est passé au niveau 85.

Dans ma classe de primaire, par exemple, le bulle­tin c’était un grand tableau où chaque enfant ajou­tait tous les jours des gommettes pour marquer sa progres­sion.

“Si les élèves trichent, c’est parce que le système scolaire met plus en valeur le fait de réus­sir que le fait d’ap­prendre des choses.” Neil Tyson.